Littérature contemporaine étrangère

La vie très privée de mr. Sim – Jonathan Coe.

lavietrespriveedemrsim

Synopsis :

Max Sim, le protagoniste principal, est un antihéros par excellence, voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille ne le regarde guère, sinon pour rire sous cape), s’acceptant d’ailleurs en tant qu’échec et y trouvant même une certaine paix : l’absence de lutte, enfin. « Savoir s’accepter » devient l’un de ses mots d’ordre… À force de solitude, il finit par converser avec son GPS au long de ses pérégrinations de commis-voyageur représentant en brosses à dents dernier cri. Il tombe amoureux de cette voix désincarnée, lui imaginant même une personnalité, et les dialogues engagés avec elle partagent le lecteur entre le rire et la compassion. Le drame essentiel réside pourtant dans la relation avec son père, dont il découvre en lisant son journal qu’il était homosexuel et l’a conçu, lui, Max, par accident pourrait-on dire. Mais il va tout de même essayer de se réconcilier avec ce père et même, de lui faire retrouver son ami de cœur, l’extraordinaire Roger S. Un échec là encore, mais l’échec est l’un des ressorts du comique… Jonathan Coe renoue ici avec la veine comique tout en gardant la même complexité, la même précision, la même habileté que dans ses livres précédents. Tout à la fois drôle, bien construit et situé à la pointe du contemporain, le roman procède par mélange de genres, suite d’échos, de souvenirs récurrents, de parallèles, de rappels, pour tenter de cerner la grand interrogation : jusqu’à quel point la vie peut être considérée comme une fiction ?

Mon avis :

Déjà je dois dire que le résumé ci-dessus, trouvé sur Livraddict, en dit trop à mon goût.

Je vais donc me contenter de dire le reste et de faire bref !

Ce roman dresse le portrait d’un looser. Au départ on apprend qu’il a été retrouvé inconscient dans sa voiture, nu et entouré d’un sac poubelle plein de brosses à dents et de bouteilles de whisky. C’est donc le point de départ de cette histoire farfelue.

Maxwell Sim est séparé de sa femme. Sa fille se désintéresse de lui, et il a des rapports compliqués avec son père, lequel vit en Australie.

Au cours d’un dîner il aperçoit une jeune femme d’origine asiatique, avec sa fille et leur complicité les émeut. Il se met alors à fantasmer sur la jeune femme qu’il se met en tête de revoir. C’est là tout le fil conducteur du livre.

Ce grand dépressif, bouffé par la solitude, est aussi mandaté par son père d’une mission qui le conduira dans un périple improbable et loufoque.

Mais ne croyez pas que parce que le livre aborde des thèmes comme la dépression, la solitude, les relations difficiles, le livre soit déprimant. Il est tout sauf ça car l’auteur y injecte une bonne dose d’humour et de dérision.

On y retrouve aussi quelques réflexions sur la vie, l’amour, les relations humaines, qui font de livre un roman moins léger qu’il n’y parait, sans être, je vous rassure un ouvrage philosophique !

Seulement voilà, la vie de Mr. Sim est tristement banale, et cela s’en ressent à la lecture. Il y a en effet bon nombre de temps morts et de scènes sans intérêt et on s’ennuie parfois.

C’est ce qui a quelque peu fait baisser ma note.

En revanche, si vous allez au delà du dernier chapitre, une surprise vous y attend avec une chute ingénieuse imaginée par l’Auteur.

En bref, un livre sympathique avec un humour très british, et qui dévoile quelques messages.

Ma note : 15/20.

2 réflexions au sujet de “La vie très privée de mr. Sim – Jonathan Coe.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s